Fermer la publicité
Le Patriote Beaujolais - Hebdomadaire d'informations locales

Anse : un braquage à main armée mercredi matin dans une bijouterie

le 11 janvier 2017 - Tony FONTENEAU - Faits divers / Justice - article lu 2206 fois

Anse : un braquage à main armée mercredi matin dans une bijouterie
Julien VERCHERE - La bijouterie Guglielmetto.

Ce mercredi matin, la bijouterie Guglielmetto a été victime d'un braquage à main armée.

Il était environ 10h15 ce mercredi matin quand deux individus, armés et cagoulés, ont pénétré dans la bijouterie Guglielmetto, située avenue de la Première armée à Anse. "Ils ont braqué le responsable et son employé et se sont fait remettre le contenu du coffre avant de casser plusieurs vitrines pour s'emparer de bijoux", a expliqué le lieutenant Bardet de la gendarmerie d'Anse. Le montant du butin n'est pour le moment pas connu.

Les deux individus, pas encore identifiés, se sont enfuis à bord d'une voiture signalée comme volée à Lyon. D'importants moyens de recherche ont été déployés pour les retrouver : une trentaine de gendarmes de la compagnie de Villefranche, un hélicoptère et une équipe cynophile.

La voiture a pu être retrouvée quelques minutes plus tard, à l'autre bout de la commune, juste à côté d'une propriété privée, chemin des Pothières.

"Vers 10h30, j'ai vu un hélicoptère prêt à se poser dans le jardin, indique une habitante de la commune. Quelques minutes plus tard, un gendarme, équipé d'une mitraillette, est venu frapper à la porte de la maison. Il m'a demandé si j'avais vu des personnes passer dans mon jardin tout en m'expliquant qu'un braquage venait d'avoir lieu à Anse et que les voleurs avaient abandonné leur voiture juste à côté de chez moi."

"Les gendarmes nous ont conseillé de fermer les volets et de rester cloîtrés dans la maison, explique cette habitante, un peu remuée par ces événements. Je devais partir chercher mon fils. Mais à mon retour, ils ont à nouveau tout inspecté dans la maison avant de faire le tour pour vérifier les éventuelles cachettes..."

Pour le moment, les deux individus sont toujours en fuite.

T.F.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide