Fermer la publicité
Hebdomadaire d'informations locales

Beaujolais : deux cas de méningite dans une classe de maternelle

le - - ACTUALITES

Beaujolais : deux cas de méningite dans une classe de maternelle
Julien VERCHERE - Deux enfants de maternelle hospitalisés en Beaujolais.

L'un des deux enfants demeure ce lundi soir en réanimation.

L'agence régionale de santé (ARS) Auvergne Rhône-Alpes a publié ce lundi soir un communiqué confirmant l'existence de deux cas de méningite à Saint-Etienne-des-Oullières. La rumeur courait sur les réseaux sociaux dans la région depuis dimanche.

Deux élèves fréquentant la même classe maternelle ont donc été hospitalisés samedi 19 mars pour infection invasive à méningocoque (IIM).

"Pour un des enfants, l'évolution a été rapidement favorable, l'autre enfant reste à cette heure pris en charge en réanimation", détaille l'ARS dans son communiqué.

TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE

Les élèves et le personnel de la classe maternelle ont bénéficié dans la journée d'un traitement antibiotique préventif prescrit par les médecins de la santé scolaire et de la PMI. Les parents des élèves concernés ont pu assister ce lundi à une réunion d'information collective. La désinfection des locaux de l'école n'est en revanche pas nécessaire selon l'ARS.

"Les autres personnes ayant été en contact direct, rapproché (à moins d'un mètre) et prolongé avec l’un des deux enfants dans les 10 jours qui ont précédé leur hospitalisation, sont en cours d’identification au sein de leur entourage afin qu’ils puissent bénéficier du même traitement dans les meilleurs délais", souligne encore l'ARS.

SURVEILLANCE EN BEAUJOLAIS

L'organisme annonce par ailleurs qu'il va renforcer la surveillance en Beaujolais, les deux cas de Saint-Etienne-des-Oullières s'ajoutant à deux autres diagnostics identiques début mars chez deux jeunes adultes. "Des investigations sont en cours pour explorer les liens éventuels entre la situation rencontrée début mars et la situation actuelle", explique l'ARS.

Une comparaison des souches de méningocoque des quatre patients sera réalisée par le Centre national de référence des méningocoques. L'ARS s'apprête par ailleurs "à réunir un comité d’experts régionaux et nationaux pour l'accompagner dans la définition de mesures de santé publique visant à interrompre la circulation d'une souche de méningocoque si celle-ci était confirmée".

Julien VERCHERE 

 

UNE MALADIE RARE MAIS GRAVE

Le méningocoque est un germe fragile qui ne survit pas dans le milieu extérieur. L’infection à méningocoque est une maladie qui est rare en France mais qui peut être grave. Il existe plusieurs sérogroupes (A, B, C, Y, W135 ...). Elle se transmet directement d’une personne à une autre à partir de ces sécrétions (postillons, toux, etc.). L'incubation varie de 3 à 10 jours en moyenne.

Elle touche essentiellement les enfants et les adolescents et survient, le plus souvent, du début de l’hiver et au printemps. L'infection à méningocoque se manifeste principalement par de la fièvre élevée, des maux de tête, souvent accompagnés de vomissements. Parfois des tâches rouges ou violacées (purpura) peuvent apparaître sur le corps.

Bien que le risque de transmission soit faible, il justifie la mise en œuvre d'un traitement préventif pour les personnes en contact proche, étroit, complété par une vaccination selon le sérogroupe de la bactérie et le statut vaccinal de la personne.




Julien VERCHERE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Hebdomadaire d'informations locales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide