Fermer la publicité
Le Patriote Beaujolais - Hebdomadaire d'informations locales

Bi-polaire, l'homme échappe à de lourdes peines

le 11 janvier 2017 - Jacqueline FABRE - Faits divers / Justice - article lu 402 fois

Bi-polaire, l'homme échappe à de lourdes peines

Le cinquantenaire affirme ne pas se souvenir de ses actes.

Des fenêtres détériorées, des pneus crevés, une violation de domicile, le port d'une arme blanche et des menaces de mort à l'encontre du père de sa compagne, tels étaient les faits reprochés à P.R. et pour lesquels il comparaissait mardi au tribunal de Villefranche.

Le 6 mai 2016, alors que sa compagne, hospitalisée, obtient une permission de sortie pour le week-end, le cinquantenaire n'a visiblement pas compris qu'elle ait souhaité loger chez son père et non chez lui. Furieux, il s'est alors rendu chez G.L., 86 ans, pour discuter avec sa compagne, proférant des menaces envers son père : "Si tu descends je te saigne !". A l'arrivée des gendarmes, appelés par le père et sa fille, P.R. s'enfuit et jette son couteau.

Questionné par le juge, il affirme ne pas se souvenir, avoir seulement des flashs… Mais il ne conteste pas les faits et s'en justifie par sa bi-polarité. L'expertise psychiatrique explique que l'homme alterne états dépressifs et états maniaques et qu'au moment des faits son état n'était pas stable, contrairement à aujourd'hui. Pour l'expert, il aurait mal vécu "l'abandon" de sa compagne qui a préféré aller chez son père, ce qui a accéléré son passage à l'acte.

A ce jour, il a remboursé G.L. et sa compagne est toujours à ses côtés. Sans casier judiciaire, le procureur France Rouzier reconnaît l'influence de la maladie sur son comportement et demande une peine amende de 500 euros intégralement assortie du sursis, deux peines amendes de 100 euros et l'interdiction de porter une arme pendant cinq ans. Réquisitions suivies par la juge Cécile Woessner.

Jacqueline FABRE



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide