Fermer la publicité
Le Patriote Beaujolais - Hebdomadaire d'informations locales

Dépistage du cancer colorectal : un test simple pour mieux l'éviter

le 08 mars 2017 - Jacqueline FABRE - A la une

Dépistage du cancer colorectal : un test simple pour mieux l'éviter
Jacqueline FABRE - Aides-soignantes, cadres de santé et médecin du service gastro-entérologie sont mobilisés.

Une journée de sensibilisation aura lieu à l'hôpital Nord-Ouest en direction du grand public jeudi 9 mars.

Comme pour le cancer du sein, le dépistage du cancer colorectal est primordial, c'est pour cette raison que l'hôpital Nord-Ouest de Villefranche organise une journée de sensibilisation jeudi 9 mars à partir de 10 h, dans le cadre de l'opération "Mars bleu". 

Lors de cette journée, le public pourra s'informer auprès des stands dans le hall de l'hôpital, avec l'Ademas* et la Ligue contre le cancer. Mais aussi des ateliers créatifs avec l'association les Blouses roses, un atelier pâtisserie avec Philippe Brétignière, pour le versant nutrition. Une structure gonflable, en forme de colon, sera installée : "Le public sera peut-être sensibilisé car en fait on ne s'imagine pas à quoi ressemble et ce qu'on peut voir dans un intestin lorsqu'on passe une coloscopie par exemple", explique Claude Colomb, cadre de santé oncologie ambulatoire.

Le programme de dépistage, qui concerne les hommes et femmes de 50 à 74 ans, repose sur la réalisation d'un test de recherche de sang occulte (non visible) dans les selles. "L'idée est de démystifier ce test, expliquer qu'il est simple, accessible et que c'est surtout très utile, souligne le docteur Léger-N'guyen, gastro-entérologue. Il faut passer un peu cette appréhension de faire le test, moins contraignant puisqu'il se fait chez soi. Et lever les a priori et tabous en donnant des informations."

Tous les deux ans, ce test de dépistage est proposé gratuitement par un courrier de l'Ademas aux personnes concernées : "45 % environ des personnes donnent suite, alors qu'il en faudrait 65 % pour qu'il y ait une diminution du nombre de cancers. Si des petites tumeurs généralement bénignes, les polypes, sont détectées, on peut les retirer avant qu'elles n'évoluent en cancer", expose le docteur Léger-N'Guyen.

S'il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit dans neuf cas sur dix, d'où l'importance de ce dépistage précoce et régulier.

Jacqueline FABRE



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide