Fermer la publicité
Hebdomadaire d'informations locales

Fièvre catarrhale : l'Ain en zone de protection, le Rhône en zone de surveillance

le - - Territoires

Fièvre catarrhale : l'Ain en zone de protection, le Rhône en zone de surveillance

Dans l'Ain, les animaux devront être vaccinés.

La FCO (Fièvre catarrhale), appelée maladie de la langue bleue, est une maladie virale qui atteint les ruminants domestiques (ovins, bovins, caprins) et sauvages. Cette maladie n'affecte pas l'homme et n'a aucune incidence sur la qualité des denrées.

Ayant un grand pouvoir de diffusion, cette maladie a des conséquences socio-économiques graves et son incidence sur le commerce international des animaux et des produits d'origine animale est importante. Elle entraîne donc des restrictions commerciales strictes.

La France métropolitaine est contaminée très largement par le sérotype 8 de la FCO depuis l'automne 2015.

Suite à la découverte d'un cas de FCO sérotype 4 sur un animal né en Haute-Savoie, le Ministère de l'agriculture et de l'alimentation a publié un arrêté plaçant plusieurs départements en zone géographique réglementée (une zone de protection et une zone de surveillance).

Les ruminants sensibles à la FCO ne pourront donc passer dans une zone à statut moins favorable que celle où ils sont détenus, sauf pour abattage immédiat ou à destination d'un pays ayant un accord officiel avec la France pour les recevoir.

En zone de protection (Ain, Doubs, Jura, Savoie, Haute-Savoie), les animaux devront être vaccinés. Sont placés en zone de surveillance les départements des Hautes-Alpes, Côte-d'Or, Isère, Rhône, Haute-Saône, Saône-et-Loire et Territoire de Belfort.

Les différentes mesures seront révisées sous quinze jours en fonction des premiers résultats de surveillance des cheptels.




Jacqueline FABRE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Hebdomadaire d'informations locales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide