Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

Football FCVB/National 2 : la digue savoyarde n'a pas cédé

le - - Football

Football FCVB/National 2 : la digue savoyarde n'a pas cédé
FRANCK CHAPOLARD - Maxime Blanc a été une lumière caladoise quand tout semblait fermé, par sa qualité de passe.

Dans un choc haletant (0-0) entre prétendants à la montée, le FCVB n'a pas réussi à fendre la défense d'Annecy portée par son gardien Julien Pérez, infranchissable.

Samedi 10 février, 19ème journée de National 2, poule B au stade Armand Chouffet, le FC Villefranche-Beaujolais et Annecy font match nul 0-0. Arbitrage de M. Alexandre Mercier But. Composition du FCVB : Philippon – Lemaire, Abenzoar, Lacour – Mambu, Bulur, Ertel, Blanc (Matos, 90e), Benedick (Madhar, 86e) – Liongo (Lemb, 77e), Djabour. Entraîneur : Alain Pochat.

Un paradoxe. Il y a des soirs où un match intense accouche d'un score vierge apanage habituel des rencontres ternes. Entre le FCVB, deuxième et Annecy, troisième, ce fut tout le contraire dans un face-face sans temps morts, qui aurait pu sourire aux Caladois.

Le match

En quelques petites minutes, les premières, on a su. On a su que ce sommet atteindrait un niveau technique assez rare, qu'il déroulerait une densité de jeu assez folle avec cette manière de se rendre les coups d'une surface à l'autre sans dénaturer la nature profonde – on joue vers l'avant sans cesse – des deux équipes. Villefranche et sa configuration nouvelle à trois derrière et un milieu garni, sans doute pour ne pas laisser les clés du jeu à des Savoyards à l'expression collective plus aboutie. Cette équipe d'Annecy affiche une cohérence qui déjà, la saison passée, était une évidence. Très tôt pourtant, le FCVB, avec Abenzoar sortant de son registre défensif, avait placé une tête tranchante sur un centre de Blanc (7e) qui avait frôlé le poteau gauche de Pérez. L'homme du match, côté annécien, était bien dans les buts. Une véritable digue. Sa prestation est un catalogue des frustrations caladoises, thème de ce soir. Lacour, lui aussi sorti de son secteur de prédilection, avait été prompt à reprendre un coup-franc joué assez vite par Blanc, encore, mais Pérez était vigilant sur sa ligne (24e). Djabour, ensuite, au bout d'un mouvement initié par Ertel trouvant Blanc, une fois de plus, butait sur Pérez (35e), impérial. Mais ne pas croire que son homologue beaujolais, Antoine Philippon, vivait en spectateur ce duel devenu irrespirable. Il s'imposait, à son tour, en une sorte de miracle, bien campé sur ses appuis, devant Akrour (35e). Le second round serait traversé par le même souffle : ne rien céder à l'autre. Pourtant, Villefranche ne serait pas récompensé de ses intentions. Lemb (67e), à bout portant, devant Pérez, sur une merveille de déviation aérienne de Djabour, connaissait la disette. A dix (Barbosa exclu deux minutes après son entrée), Annecy arrachait le nul qu'un dernier rush de Mambu dans un angle fermé, aurait pu briser et laissait au FCVB un paquet de regrets. Mais que la lutte fut belle !

Le fait du match

Il aura été technique. Si le FCVB a gagné aux points, ce qui est une consolation au tableau d'affichage, il y a un domaine dans lequel les Caladois ont semblé diminué. Il concerne l'impact au milieu du terrain et cette capacité à faire des seconds ballons une arme de plus pour faire basculer le match. L'absence de Jasse (suspendu) dans ce secteur, s'est faite sentir quand bien même le duo Bulur-Ertel aura fait sa part du job, bien aidé par des hommes de couloir (Benedick-Mambu) bossant pour le collectif.

Le joueur

Si l'hiver n'a pas eu l'allure de ses premiers mois de championnat pour lui, Maxime Blanc a été ce soir ce joueur si essentiel dans les rouages offensifs du FCVB. Le patron de l'entrejeu. Un peu plus visible aussi, sans son compère Jasse, à la récupération. Dans tous les mouvements des siens, portant le danger dans la surface d'Annecy par sa qualité de passe, Blanc a été une lumière quand tout semblait fermé. Travailleur, batailleur, il a montré un autre registre de circonstance : le combat. Si devant lui, le retour en force de Lemb, l'attaquant qui pèse tant se confirme, le FCVB restera aux coude-à-coudes pour la montée, en attendant le printemps.

Ralph Neplaz

Correspondant local de presse




Ralph NEPLAZ
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Patriote Beaujolais Journal d'annonces légales et d'informations locales et régionales pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide