Fermer la publicité
Le Patriote Beaujolais - Hebdomadaire d'informations locales

Un enfant atteint par la rage a été hospitalisé à Gleizé

le - - ACTUALITES - Faits divers / Justice

Un enfant atteint par la rage a été hospitalisé à Gleizé
wikimédia commons - Photo illustration.

Le garçon est désormais en réanimation à l'hôpital mère-enfant de Bron.

Le 2 octobre, alors qu'il présentait des troubles neurologiques, un jeune garçon a été admis à l'hôpital Nord-Ouest de Gleizé. Rapidement, son état de santé s'est aggravé.

Placé en réanimation, il a été transféré à l'hôpital mère-enfant de Bron. Le diagnostic a confirmé un cas de rage. A l'heure actuelle, le pronostic vital du garçon est toujours engagé.

C'est en août dernier, sur une plage de Dikwella, au sud du Sri Lanka, que l'enfant, en voyage avec sa famille, a été contaminé après avoir joué avec un chiot qui l'aurait mordu, sans agressivité apparente.

DES MESURES DE PRÉVENTIONS POUR LES PROCHES

Des mesures de préventions vont être prises auprès des personnes qui auraient été en contact avec le jeune garçon (famille, personnel de l'hôpital, camarades de classe ou d'activités extrascolaires...).

L'ARS n'a pas souhaité communiquer sur le lieu de résidence de l'enfant contaminé.

UN CAS RARE

La France est officiellement reconnue indemne de rage (hors chauves-souris) depuis 2001 et le dernier cas autochtone chez l'homme remonte à 1924. Depuis 1970, 23 cas de rage ont été observés chez l'homme en France métropolitaine, tous ayant contracté la maladie à l'étranger dans des zones où circule le virus, pour la quasi — totalité suite à une morsure par un animal malade.

Dans le monde, la rage continue donc de sévir chez l'homme dans de nombreux pays, notamment en Asie et en Afrique, où le chien reste le principal vecteur de la maladie. Elle circule également, et dans une moindre mesure, dans certains pays d'Europe Centrale et de l'Est, dans le Moyen-Orient ou sur le continent américain.

La vaccination préventive contre la rage peut alors être recommandée pour les voyageurs dont le séjour est prolongé ou aventureux et en situation d'isolement, ainsi que chez les enfants en bas-âge voyageant dans les zones à haut risque (en particulier où la rage véhiculée par le chien circule).

Presque constamment mortelle une fois déclarée, la rage est responsable de 59 000 décès par an chaque année dans le monde.

T.F.





Du même sujet


La Patriote Beaujolais

Hebdomadaire d'informations locales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Patriote Beaujolais› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide