Fermer la publicité
Le Patriote Beaujolais - Hebdomadaire d'informations locales

Vidéo choc : la préfecture prononce la fermeture de l'élevage de poules pondeuses

le - - VAL DE SAONE - A la une

Vidéo choc : la préfecture prononce la fermeture de l'élevage de poules pondeuses
L214 - L'association L214 dénonce les conditions d'élevage des poules pondeuses.

L'association L214 avait diffusé mercredi une vidéo tournée dans un élevage intensif de Chaleins, à une dizaine de kilomètres de Villefranche. Le scandale avait pris une ampleur nationale.

La préfecture de l'Ain a annoncé vendredi la fermeture de l'élevage de poules pondeuses par lequel le scandale est arrivé à Chaleins. Les bâtiments devront être vidés et nettoyés, les poules vendues ou abattues.

L'association de défense des animaux L214 avait diffusé ce mercredi une vidéo dans laquelle elle dénonce les "conditions intolérables pour les animaux et inadmissibles d'un point de vue sanitaires" dans lesquelles sont élevées des dizaines de milliers de poules pondeuses.

La vidéo a été tournée le 27 avril dernier au GAEC du Perrat, située sur la commune de Chaleins, à deux pas du château de Fléchères et à dix kilomètres à peine de Villefranche. Un gros élevage produisant plus de 150 000 œufs par jour qui vante pourtant sur son site internet les soins apportés à ses poules.

A mesure que la caméra avance dans l'élevage plongé dans la pénombre, on découvre l'horreur des conditions de vie des poules pondeuses. "200 000 poules entassées dans des cages dans un bâtiment sans fenêtres, des cadavres en décomposition, des animaux et des œufs infestés de poux et un sol répugnant où prolifèrent les asticots", pointe du doigt L214, qui a déposé une plainte auprès du TGI de Bourg-en-Bresse contre le GAEC du Perrat pour mauvais traitements.

"De nombreuses poules meurent dans les cages. Au milieu de poules encore en vie, des cadavres se décomposent lentement", décrit L214.

MATINES RESILIE SON CONTRAT

Ce n'est pas la première fois que l'association se penche sur le cas de cet élevage du Val de Saône : "Trois ans après la censure de nos premières images du GAEC du Perrat, la situation de cet élevage n’a pas changé. Il approvisionne la marque Matines et les grandes enseignes de la distribution : Auchan, Carrefour, Système U, Intermarché et Casino", souligne L214, qui demande la fermeture de cette exploitation.

Après la diffusion de cette vidéo, les réactions n'ont pas tardé. Matines, propriété du groupe agro-industriel Avril présidé par Xavier Beulin (par ailleurs patron de la FDSEA), a aussitôt résilié son contrat d'approvisionnement avec le GAEC du Perrat. Lire le communiqué ici.

 

 

 

 

 

 


          Prolifération d'asticots sous les cages,  poux grouillant sur les œufs, des images qui donnent la nausée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MANIFESTATION DEVANT L'ELEVAGE

Sur le plan local, une manifestation spontanée s'est tenue mercredi soir devant l'élevage du Val de Saône. L'association "Bien vivre à Fareins" et le conseil municipal étaient à l'initiative de ce rassemblement.

"Nous sommes ravis de cette nouvelle occasion offerte de montrer notre détermination de mettre un terme aux nuisances environnementales que nous dénonçons depuis longtemps, à cette insupportable souffrance animale que nous découvrons avec stupeur et effroi", explique l'association, en guerre depuis des années contre le GAEC du Perrat, ayant toutefois une pensée pour les employés en cas d'éventuelle fermeture.

SCANDALE NATIONAL

Le scandale a également pris une tournure nationale, avec l'entrée en jeu de Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, qui a aussitôt diligenté un contrôle. 

Mercredi soir, la préfecture de l'Ain soulignait avoir procédé à une visite de l'élevage au cours de la journée. Avec à la clé la remise d'un "pré-rapport à Ségolène Royal, mais aussi à Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture.

La préfecture de l'Ain a déjà pris des mesures récentes pour tenter d'améliorer les conditions d'élevage, à l'instar de cet arrêté de 2015. La médiatisation de l'affaire semble de nature à accélérer le mouvement. Jusqu'à prononcer aujourd'hui la fermeture.

Julien VERCHERE





La Patriote Beaujolais

Hebdomadaire d'informations locales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
Abonnement Le Patriote Beaujolais› Abonnez-vous ‹

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide