Fermer la publicité
Le Patriote Beaujolais - Hebdomadaire d'informations locales

Villefranche : un été contemporain tout en "Passages"

le 10 avril 2014 - La Rédaction - Expos en vue

Villefranche : un été contemporain tout en "Passages"
(D.R.)

Depuis la Renaissance, les artistes ont accordé une place centrale à la fenêtre et à la porte?: d'un simple élément de décor et d'architecture celles-ci deviennent peu à peu un sujet à part entière.

"Aujourd'hui encore, ce motif conduit notre sens de lecture : de l'image architecturée, construite par plans, vers l'espace irréel", fait savoir Sylvie Carlier, conservateur du musée, et Damien Chantrenne, responsable du service des publics. Le mur de la peinture devient objet de contemplation et support d'une vision intérieure. L'exposition s'ouvre aussi à d'autres formes de fenêtres, la photographie et la vidéo.
"Les artistes vous convient à une scénographie, que l'on peut emprunter et contourner", délivre Damien Chantrenne. Parmi les œuvres, on notera celles de Samuel Rousseau qui vit et travaille à Grenoble. L'œuvre "Plastikcity", déclinée en plusieurs exemplaires, est une citation du film "Fenêtre sur cour" d'Alfred Hitchcock où le motif de la fenêtre est au cœur du sujet. Samuel Rousseau invite avec humour le spectateur à bousculer ses habitudes perspectives.
On s'arrêtera bien volontiers devant l'œuvre de Djamel Tatah né à Saint-Chamond en 1959. Ses figures sont à hauteur d'homme, directement confrontées au spectateur. "Il s'agit d'une promenade saisie dans le quotidien et qui montre les difficultés à se rencontrer dans l'espace urbain", commente Damien Chantrenne. L'exposition nous fait découvrir également l'œuvre intéressante de Véronique Elléna. Cette artiste a été pensionnaire de la Villa Médicis en 2008. Ses photographies s'attachent à cerner des fragments de réalité. Elle met en scène des rapports où sont pris les objets, les lieux et le temps. "Avec "Les Chaussures rouges" (1992), l'artiste joue entre la présence et l'absence", observent les responsables du musée.
Nous retrouverons avec plaisir Truphémus. Il vit et travaille à Lyon et dans les Cévennes. Rappelons que dans les années 80, il peint des personnages à contre-jour dans des intérieurs de cafés lyonnais. "Aujourd'hui encore, le peintre poursuit cette quête de la perception du monde en explorant le thème des fenêtres. La fenêtre, véritable métaphore de la peinture, tente de représenter le monde perceptible", soulignent Sylvie Carlier et Damien Chantrenne.  
Avec Bernard Piffaretti la division de l'espace pictural offre la vision de grandes fenêtres ouvertes sur un monde réel ou imaginaire. Pour cet artiste stéphanois, le dédoublement devient le procédé d'exécution privilégié. Tel un diptyque, la toile est divisée par un trait épais en deux parties égales. Il travaille sur l'idée de la dualité.
D'autres artistes (voir ci-contre) invitent dans leurs passages parfois à d'autres réalités, à une mise en distance ou encore à la sociabilité. A suivre.

Laurence Chopart


Musée Paul Dini, 2 place Faubert à Villefranche. Ouvert le mercredi de 13 h 30 à 18 h, les jeudi et vendredi de 10?h à 12?h?30 et de 13?h?30 à 18?h.
Renseignements au 04?74?68?33?70. www.musee-paul-dini.com.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide