AccueilACTUALITESViticultureFootball GOAL FC/National 2 : Un peu plus près des étoiles !

Football GOAL FC/National 2 : Un peu plus près des étoiles !

Vainqueur des Herbiers sur sa pelouse (1-3), le Goal FC a repris les commandes de sa poule et s'est ouvert les portes d'une montée en National qui lui tend désormais les bras. Il faudra être fort dans une semaine, face au Stade Bordelais pour finir une si belle histoire, à la maison.
Le Goal FC sérieux aux Herbiers s'est donnée une chance immense de grimper en National la semaine prochaine lors de la venue du Stade Bordelais au stade Giuly. Une fête déjà très attendue.
Archives FRANCK CHAPOLARD - Le Goal FC sérieux aux Herbiers s'est donnée une chance immense de grimper en National la semaine prochaine lors de la venue du Stade Bordelais au stade Giuly. Une fête déjà très attendue.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Samedi 27 mai, aux Herbiers, au Parc des Sports de Massabielle, 29ème journée du championnat de France de National 2 Groupe D, Grand Ouest Association Lyonnaise bat Les Herbiers Football 3-1 (1-1). Environ 3000 spectateurs. Buts : Brelivet (38e) pour Les Herbiers; Raspentino (18e), Goncalves (60e), Jousselin (65e, csc) pour Goal FC. Arbitrage de M. Félicien Gazon. Avertissements : Grellier (66e) aux Herbiers; Socka (20e), Kouadio (34e), Senzemba (41e), Reale (87e) à GOAL FC. Composition du GOAL FC : Philippon – Kouadio, Camara, Touil, Senzemba (Meynadier, 67e) - Dufau, Reale, Le Maitre – Mambu (Goncalves, 58e), Raspentino (Guilavogui, 69e), Socka (Odru (69e). Entraîneur : Fabien Pujo.

Une fin de journée en Vendée. Plutôt chouette. Quelle belle image, sur la pelouse du Parc des sports de Massabielle ! On aperçoit les Chasselois, joueurs, staff, président, dirigeants, écoutant les ultimes paroles d'un entraîneur, Fabien Pujo, qui dès le premier jour posé à Chasselay, l'été dernier, avait annoncé cet instant : le devoir de rester vivants jusqu'au dernier jour d'un championnat qui se jouerait sur la fin. Un devin ? Lui disait que non, avant ce match à bascule vers un destin plus grand. Un coach qui connait ses hommes, surtout quand tout devient important, sans filet pour la suite. Et si l'histoire est quand même loin d'être terminée, parce qu'il faudra quand même éviter une défaite dans une semaine pour la venue du Stade Bordelais, et gagner si possible pour valider cet unique ticket, cette unique chance pour voir l'étage supérieur, ce National qui aura fait tant pleuré, hier soir, de Nancy à Bourg-en-Bresse, Chasselay s'est approché de son rêve, un peu plus près des étoiles : poser son nom sur la carte d'un football français faisant si peu de place aux petits. Mais n'anticipons pas ces horizons encore dans les cartons. Le foot est aussi riche de ces nombreuses et mauvaises blagues au final raté quand on ne le respecte pas jusqu'au bout, comme dirait justement Pujo.

Les Herbiers tétanisés par la peur de tout perdre

Une fin de journée en Vendée. Plutôt chouette. Ce soir, dans le bus du retour, sans leurs supporters restés à Chasselay pour les suivre via les écrans de leur chez-eux, du gardien Philippon au milieu Reale, en passant par les attaquants Raspentino-Goncalves et le capitaine Dufau, ces leaders qui ont enfin assumé toutes les attentes, les joueurs du président Jocelyn Fontanel, pourront savourer l'œuvre accomplie, qui nécessite maintenant une fin heureuse. Pour en arriver là, ils auront livré une partition quasiment parfaite, de bout en bout, chez des Herbiers tétanisés par la peur de tout perdre, devant les leurs – 3000 voix ça compte -, comme si la pression ressentie pesait trois tonnes, le genre de sensations-cauchemars que le Goal FC a traversés ce printemps quand il s'agissait de porter ce costume de costaud qui ne tremble pas. Se souvenir du revers récent face à Chamalières (0-1) ou du partage frustrant récolé contre Bergerac (0-0), toujours à domicile.

Un staff qui laisse peu de place au hasard

En Vendée, tout a été fait dans la maîtrise, une fois passé le premier quart-d'heure à prendre la température, en un bloc soudé qui ne laissait rien en chemin, ni espace ni marge de manœuvre à son adversaire, en étant toujours face au jeu, sans peur de se planter. Comme si l'horloge mentale de ceux qui devaient prendre la parole, ce jour-là, était à la bonne heure. Quand Raspentino – 13 buts ce soir - s'est retrouvé à la réception d'un mouvement initié côté gauche par la paire Mambu-Senzemba, pour ouvrir le score dès la 18ème minute, on a saisi que ce Goal FC était entré dans l'arène avec un certain sens des priorités, des nécessités du jour (1-0, 18e). Bien-sûr il y a eu la crainte de voir les choses se corser à l'instant où Les Herbiers sont parvenus à égaliser sur un premier corner que Brelivet a si bien conclu, la seule bévue de la défense chasseloise (1-1, 38e), mais cela ne fut que de courte durée. Le signe d'une préparation, en amont, axée sur la possibilité d'un tel scénario et le devoir, ensuite, de garder le contrôle sur la suite, quoi qu'il advienne. Le staff du Goal FC, en la matière, aura bien posé ces pierres-là, pour laisser au hasard, sa juste place : dans le vestiaire de ceux qui attendent que les choses arrivent, en spectateurs de leur propre destin.

Kouadio, façon Bernard Mendy, pour libérer les siens

Là encore, on louera la lucidité du trio présidents-coach (Pujo-Fontanel-Delorme) pour mettre leur groupe dans les meilleures dispositions possibles, sans pression inutile. Cela a payé dans le second acte, pour jouer tous les coups à fond. Ainsi, dès son entrée en jeu, Goncalves, câliné par Pujo comme on murmure à un attaquant en manque de confiance que le temps était venu de tout renverser, a cassé la baraque, en se construisant son propre but, son 11ème de la saison, au prix d'une action alliant puissance et efficacité, sur l'un de ses premiers ballons, le Goal FC menant alors 1-2, sereinement, à l'heure de jeu (60e). Puis il y aurait, cerise sur le gâteau, une autre manière de sécuriser cette victoire, par l'entremise du meilleur latéral de cette N2 dont on prédit un destin plus haut : l'impeccable Kouadio. Et il a été immense – façon Bernard Mendy sur Roberto Carlos, on comptera sur nos doigts ceux qui se souviennent…- pour courir et s'arracher dans son couloir droit, centrer et obliger le malheureux Jousselin au but contre son camp, la messe étant dite (1-3, 65e), à 25 minutes de la fin, ou presque.

Goncalves, la puissance retrouvée

La démonstration collective du Goal FC aurait pu tourner au naufrage encore plus vaste pour les Herbiers si Guilavogui (73e), Goncalves, Odru (90e) avaient corsé l'addition sur des balles d'un 1-4 qui aurait donné matière à célébrer davantage l'orage vécu par les désormais dauphins des Chasselois. Mais la mesure reste l'arme d'un triomphe encore à construire. Rendez-vous dans une semaine à Chasselay pour finir ce récit. La vie est belle quand on reste acteur de son propre bonheur, philosophait le président Fontanel la nuit dernière. Il reste encore une marche à grimper, pour faire son entrée en National. La plus belle…

Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 13 avril 2023

Journal du13 avril 2023

Journal du 06 avril 2023

Journal du06 avril 2023

Journal du 30 mars 2023

Journal du30 mars 2023

Journal du 23 mars 2023

Journal du23 mars 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?