AccueilACTUALITESViticultureFootball/Après FCVB-Le Mans/Hervé Della Maggiore : "On ira à Sedan pour finir le travail"

Football/Après FCVB-Le Mans/Hervé Della Maggiore : "On ira à Sedan pour finir le travail"

Déjà focus sur le dernier point à aller chercher à Sedan vendredi prochain pour assurer le maintien, l'entraîneur du FCVB a apprécié la vitalité de son groupe face au Mans (1-0) qui a mis tout Armand-Chouffet en joie pour la dernière danse à la maison.
Football/Après FCVB-Le Mans/Hervé Della Maggiore : "On ira à Sedan pour finir le travail"
FRANCK CHAPOLARD

ACTUALITESViticulture Publié le ,

Hervé Della Mggiore, on imagine que de votre côté les célébrations d'après-match ont été assez courtes…

"Oui parce que nous ne sommes pas encore maintenus. Le club s'est un peu précipité en annonçant notre maintien ce soir (vendredi). Mais le staff connaissait le règlement. Là, si on se retrouve avec plusieurs équipes à égalité pour la 13ème place, c'est un mini-championnat entre ces équipes qui nous départagera. Et dans ce cas de figure, Avranches nous devancerait. Il faudra un gros concours de circonstances lors de la dernière journées mais si on prend un point à Sedan, ce sera réglé. On a vite remobilisé nos joueurs après cette victoire sur Le Mans."

Mais sur ce match, face au Mans, qui est votre troisième succès consécutif, avez-vous le sentiment du devoir accompli ?

"C'est une satisfaction. Mais nous n'avons pas réussi à tuer le match, à marquer le but du 2-0 qui nous aurait mis à l'abri. Il y a eu, surtout en seconde période, la peur de gagner ce match. Ça résume assez bien notre saison. C'est un match que l'on a maîtrisé et que l'on devait gagner avec au moins deux ou trois buts d'écart. Les joueurs m'ont donné entière satisfaction, malgré tout. On reste sur une dynamique positive."

"On reste sur une dynamique positive"

Vous avez maintenu votre confiance au même onze que lors du dernier match face au Stade Briochin (5-1). C'était une manière continuité, même si Jimmy Nirlo, un de vos hommes de base, revenait de suspension ?

"Je n'étais pas très inquiet sur ça. Jim, je l'ai entraîné pendant sept-huit ans, et c'est la première fois que je le vois à côté de moi sur le banc. On a eu une discussion cette semaine où il passait un examen pour entraîner à partir de la saison prochaine. Cela explique aussi pourquoi il n'a pas démarré le match. Mais, l'équipe aligné avait aussi performé lors des deux derniers matches."

Sur cette fin de saison, les performances de vos jeunes (Gromat, Emmanuelli…) ça confirme les choix opérés depuis quelques journées même si vous n'aviez guère d'autres alternatives ?

"C'est le côté très positif de notre fin de saison. Ces jeunes étaient prévus depuis le début de saison avec la réserve mais ils se sont progressivement entraînés avec nous. Ils ont progressé sans avoir beaucoup de temps de jeu, je pense notamment à Théo Emmanuelli qui a su saisir l'opportunité quand elle s'est présentée. Il n'est pas installé au poste de piston gauche parce qu'il faut toujours confirmer. Mais quand arrivent les premiers matches, dans ces situations, l'euphorie et l'engouement comptent beaucoup. Il reste le plus dur : confirmer. C'est de bon augure."

Le travail, de vous et de votre staff, cette semaine, va surtout porter sur l'aspect mental pour le dernier point à aller chercher à Sedan…

"Effectivement. On a encore une semaine de travail pour bien finir notre saison à Sedan, vendredi prochain. Après Le Mans, les joueurs n'étaient pas catastrophés par l'idée d'avoir encore le maintien à aller chercher à Sedan. On leur a dit qu'on devait se préparer à faire une semaine de boulot encore mais pas une semaine de vacances !"

"Tant que ce n'est pas définitif, il n'y a pas d'euphorie à avoir"

Avant de jouer Le Mans vous estimiez vos chances de maintien à 90% et aujourd'hui ?

"Je dirais que nous sommes à 95% !"

Vous avez gagné 5% en un soir (rires)

"Oui mais il en manque encore 5% et je suis le premier à savoir ce que ça représente avec ce qui m'est arrivé au Gazélec d'Ajaccio, je sais que ce n'est jamais fini."

Il n'y a pas eu d'euphorie totale chez vous…

"On est restés mesurés. Tant que ce n'est pas définitif, il n'y a pas d'euphorie. Je suis un peu négatif dans mon discours ce soir, mais on a quand même gagné ! Je le répète tant que nous ne sommes pas sûrs à 100% d'être maintenus, on doit rester concentrés."

Propos recueillis par Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 13 avril 2023

Journal du13 avril 2023

Journal du 06 avril 2023

Journal du06 avril 2023

Journal du 30 mars 2023

Journal du30 mars 2023

Journal du 23 mars 2023

Journal du23 mars 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?