AccueilACTUALITESViticultureFootball/National/Romain Revelli : "On repart toujours d'une page blanche"

Football/National/Romain Revelli : "On repart toujours d'une page blanche"

Très mesuré après le partage inaugural à Nancy (1-1), le coach du FCVB se méfie de Cholet, ce vendredi à Chouffet, un adversaire rôdé collectivement, déjà.
En conversation avec son capitaine Rémi Sergio pendant la phase de préparation, le nouveau coach du FCVB Romain Revelli veut laisser le temps au temps pour fédérer son groupe.
FRANCK CHAPOLARD - En conversation avec son capitaine Rémi Sergio pendant la phase de préparation, le nouveau coach du FCVB Romain Revelli veut laisser le temps au temps pour fédérer son groupe.

ACTUALITESViticulture Publié le ,

L'été qui pousse les journées, les unes après les autres. Ne pas se désunir. Pour poursuivre sa progression, le groupe tout neuf du FC Villefranche-Beaujolais a été suffisamment solide à Nancy ce vendredi dernier (1-1), se mettant dans de bonnes dispositions avant d'enchaîner face Cholet, sûrement plus avance collectivement comme l'atteste le succès face à Châteauroux, en ouverture. L'occasion, aussi, pour Romain Revelli, d'évoquer son ancien club avec méfiance, tout en soulignant la confiance en ses troupes en ce début de saison à haute intensité.

A quels niveaux situez-vous les bienfaits du premier match nul ramené de Nancy, la semaine dernière (1-1) ?

"On est toujours content de marquer notre premier point. Revenir au score, à la fin de ce scénario où nous avons été menés, ça souligne l'état d'esprit du groupe. Tout le monde veut ça : marquer les premiers points, vite. Dans l'analyse qu'un coach peut faire de ce match, c'est que l'on peut toujours faire mieux. Ça reste le premier match, avec des joueurs qui n'avaient pas encore joué à ce niveau. On a bien travaillé dans le volume, un peu moins dans le changement de rythme, ce qui est normal à ce moment de la saison. On reste dans nos problématiques de coach, en restant exigeant. Néanmoins, faire tourner le compteur à points, revenir au score à Nancy, tout en restant humbles, il faut être heureux d'avoir pris ce point, pour commencer."

C'est en étant un peu moins scolaires comme vous le pensiez que votre équipe a arraché le nul sur la fin. Ce sursaut d'orgueil, ce sont des choses que vous découvrez après la phase de préparation ?

"L'équipe, au début, est un peu comme le coach veut qu'elle soit. Pendant six semaines, on est sur des principes de jeu, des bases à installer, dans la répétition. Mais maintenant, il faut arriver à un certain ajustement, aller à des choses plus directes, oser davantage, trouver plus de positions de tirs comme cela aurait pu être le cas à Nancy quand leur défense était un peu plus bas. C'est le temps, l'aspect athlétique qui nous apporteront encore plus d'agressivité offensive. A Nancy, on a été récompensés sur le caractère, à la fin."

Vous êtes revenus, sur le plan tactique, à la façon dont Nancy a été plus percutant avec un jeu plus direct face à vous ?

"On est revenus sur ça, mais on ne va pas tout dévoiler. Cholet aussi est dans ce registre-là. C'est le cas pour beaucoup de matchs de cette première journée de National. Il y a six descentes, tout le monde va dans la transition. Cholet, c'est une grosse équipe qui arrive chez nous. Dans la verticalité et le jeu direct, ils sont performants. Ce ne sera pas simple pour nous. Il faut laisser du temps. Aujourd'hui, il ne faut pas trop que l'on s'enferme dans la tactique. Tout sera dur pour Villefranche, surtout en début de saison où l'on cherche de la complémentarité, des affinités."

"Tout le monde est dans un jeu d'attente, à vouloir contrer l'autre, à ne pas trop vouloir s'ouvrir…"

Qu'avez-vous pensé de la première journée de National ?

"Tout le monde est dans un jeu d'attente, à vouloir contrer l'autre, à ne pas trop vouloir s'ouvrir. Ce sera très dur pour tout le monde. Le maître-mot, ça reste l'humilité. Chaque semaine des équipes nous poseront des pièges. Tous les matchs se joueront sur trois fois rien."

Quelles sont vos attentes pour la venue de Cholet, la première rencontre jouée à domicile cette saison ?

"On doit continuer à travailler, sans se prendre la tête. On a des axes à améliorer et d'autres à confirmer. Chaque histoire de match est différente. Cholet, c'est un peu le danger des médias qui annoncent les clubs pros comme favoris mais je vois les choses différemment. Cholet a sept ans d'expérience de ce niveau. Ils ont bien recruté. J'ai entraîné là-bas et je sais qu'ils apprennent de chaque saison. Quand je vois leur match contre Châteauroux (victoire 2-0), je me dis que ça peut être eux les favoris. Je mets en garde tout le monde sur leurs qualités individuelles, leur jeu direct, la qualité de jeu leurs attaquants et de leur bloc défensif. Ils ne pressent pas n'importe comment. Il va falloir monter d'un niveau notre engagement, notre discipline collective pour ne pas se faire avoir. Clairement, ça va monter d'un ton. Leur coach (Goran Jovanović), a dû bien les faire travailler en prépa', ça attaque ensemble, ça défend ensemble, ça presse ensemble. Quand tu es coach, tu sens que ça travaille bien en regardant leurs matchs. Ils vont débuter avec cinq ou six joueurs qui étaient là, la saison dernière malgré quelques départs. Ils ont une base. A l'image de leur attaquant Oussama Abdeldjelil qui est revenu au club et qui a pris le brassard d'ailleurs. Ils ont de la qualité partout avec Ouattara (offensif), Renaud (milieu). Ils ont de l'expérience et possèdent des joueurs qui connaissent bien le National. J'ai l'impression qu'ils sont allés vite à l'essentiel durant cette intersaison. Ce sera un match de haut niveau."

La tentation de repartir avec le même onze de départ que face à Nancy est-elle d'actualité face à Cholet ?

"On repart toujours d'une page blanche. Dans les choix du groupe, rien n'est jamais acquis. Bien-sûr il y a des valeurs sûres mais il faut toujours s'adapter à l'histoire d'un match. En ce début de saison, la notion de groupe est très importante. Il faut tenir tout le monde concerné. J'ai besoin de tout le groupe. Parfois, la fraîcheur peut nous faire du bien, avec des joueurs qui n'avaient pas commencé à Nancy, par exemple. J'espère que l'on va créer notre histoire à domicile."

Propos recueillis par Ralph NEPLAZ

Correspondant local de presse.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 13 avril 2023

Journal du13 avril 2023

Journal du 06 avril 2023

Journal du06 avril 2023

Journal du 30 mars 2023

Journal du30 mars 2023

Journal du 23 mars 2023

Journal du23 mars 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?